Le moine au tablier rouge

Cicéron ANGLEDROIT

Palémon

  • par
    28 décembre 2021

    Claude Picq -le vrai nom de l'auteur- bâtit une intrigue que seul Cicé et Momo pouvaient mener à bien : pas mal d'approximations, des réflexions post-actions, des indices qui n'avaient l'air de rien et qui remontent à la mémoire d'un coup débloquant une situation -en cela, tout comparaison gardée, Cicé, il fonctionne comme Kurt Wallander : un truc le turlupine longtemps avant de pouvoir s'en servir-, des digressions diverses sur la société, sur la nourriture -qui tient une part importante dans le travail de Cicé-, sur sa vie qui change, et un dénouement inattendu et très Cicéronien, et là j'en ai fini avec ma phrase bien trop longue... Bon, heureusement, René est toujours là pour faire son Bérurier, entre deux rangements de caddies à l'Interpasher -c'est son travail- et deux galipettes avec Paulette -c'est sa passion.

    Très bon moments passés avec Cicéron et toute l'équipe, comme toujours, dans des enquêtes et une ambiance qu'on ne trouve nulle part ailleurs.