Les Brumes de décembre

Les Brumes de décembre

Daniel Cario

Presse de la Cité

  • par
    29 mai 2019

    Franck Hamonic, jeune voyou alcoolique, récupérateur-receleur-vendeur d'objets, de matériel, parfois dans des déchetteries, parfois directement sur des chantiers, se suicide. Thèse qui ne plaît pas à l'adjudant Philippe Derval qui va tout faire pour tenter de prouver un meurtre. Bientôt d'autres morts suivent tendant à lui donner raison.

    Ce qui me gêne dans ce gros roman, c'est le bavardage, le délayage. Cinq cent cinquante pages qui auraient pu être réduites de manière conséquente en évitant les répétitions, les détails futiles et inutiles sur telle ou telle route, telle ou telle particularité physique d'un protagoniste. Les dialogues sont longs et pas toujours nécessaires, comme si l'auteur avait eu un nombre de signes à respecter et qu'il lui fallût en ajouter pour atteindre l'objectif. C'est fort dommage, car l'histoire me plaisait bien, mais c'est trop pour moi qui suis loin d'être un amateur de gros livres, ou alors il faut qu'iceux soient passionnants de bout en bout.